En partenariat avec RCI Bank and Services et sous le haut patronage du Secrétariat d’Etat au Numérique, The Big Block Theory a réuni plus de 150 participants issus de la recherche académique, des grandes entreprises et des start-up. L’événement a permis à 9 chercheurs de démocratiser la technologie blockchain[1] grâce à des présentations concrètes de son utilisation en entreprise.

 

Le 3 avril dernier, s’est tenue la première édition de The Big Block Theory, la conférence dédiée à la recherche académique sur la blockchain. L’objectif ? Mettre en relation les experts issus de la recherche académique avec les grandes entreprises et les start-up en vue d’une meilleure collaboration.

Jean-Christophe Labarre, Directeur innovation et partenariats de RCI Bank and Services, a ouvert la conférence en expliquant en quoi la blockchain était une technologie clé pour le secteur bancaire et comment notre entreprise participe activement à la mise en exergue des cas d’usage des technologies blockchain, via les  consortiums R3 et LabChain ou les POCs que nous menons.

 

Des pitchs dédiés à des cas d’usages concrets de la blockchain

Neuf chercheurs ont ensuite présenté en dix minutes leurs travaux en lien avec la blockchain sur des problématiques scientifiques, techniques ou encore juridiques. Par exemple, Christine Hennebert, chercheuse au CEA LETI, a démontré comment la blockchain pouvait favoriser la mise en place du partage de l’énergie renouvelable, notamment photovoltaïque, en assurant la sécurité des transactions de pair – à – pair (ou P2P). Axel Moinet, doctorant à l’Université de Bourgogne Franche Comté, a, quant à lui, expliqué comment la blockchain pouvait être une solution aux nouvelles problématiques de sécurité et de protection des données de l’internet des objets (smartphones, montres connectées, etc.).

Autant d’interventions qui ont confirmé l’intuition de RCI Bank and Services : la technologie blockchain peut répondre dès aujourd’hui aux défis des entreprises de tous secteurs.

 

En savoir plus :

 

[1] La blockchain peut être assimilée à un grand livre de comptes partagé par toutes les parties prenantes, sans intermédiaire. Tout le monde peut y inscrire et réaliser des transactions librement, de façon sécurisée, transparente, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Elle offre donc de nombreuses possibilités d’utilisation.

nos autres actualités